Le printemps et la libido

Le printemps et la libido

Le printemps et la libido

Heureux d’un printemps qui me chauffe la couenne… ,  chante Paul Piché. Depuis quelques jours, la sève des érables s’est mise à couler et le chant du merle d’Amérique résonnera bientôt. Les jours paraissent soudainement plus longs et, pour plusieurs, le désir amoureux se réveille…comme dans le monde animal d’ailleurs !

Voici quelques raisons qui pourraient contribuer à cette renaissance du désir sexuel.

Les corps se dénudent…

Tenues vestimentaires légères, sexy, colorées… rondeurs féminines mystérieuses… robes flottant en toute légèreté, courbes entraperçues, cous ornés de fantaisies… même les pieds se refont une beauté. Certains hommes arborent le look mâle décontracté, d’autres se donnent une allure de cavalier. L’homme, avec sa vision télescopique, et la femme, tel un phare, se donnent un rendez-vous printanier érotisé, magnifié.

Et la lumière fut

Le soleil nous énergise, nous remonte le moral, répare les fatigues.  Sa lumière fait monts et merveilles.  On sait que les dépressions saisonnières diminuent jusqu’à disparaître en fonction de l’augmentation des heures d’ensoleillement.  Les soirées plus longues, les repas intimes en terrasse, entre amis, favorisent le désir de se rapprocher et de célébrer la rencontre de deux corps.

Roum dum dum wa la dou…

C’est le temps des vacances, la saison pour s’aimer…c’est le temps des romances… ,chantait   Pierre Lalonde! N’est-ce pas aussi en été qu’on se repose davantage et qu’on se rend plus disponible à l’autre? Cette période de l’année permet à plusieurs d’échapper à la routine implacable de la vie familiale et de trouver l’énergie sexuelle qui faisait défaut après les épuisantes journées d’hiver.

Hors saison

Mais qu’en est-il le reste du temps? Le désir sexuel, lorsque l’on vit une relation conjugale stable, se retrouve parfois en dormance.  Selon Esther Perel, thérapeute conjugale et sexologue, son intensité «croît et décroît.  Il connaît des éclipses périodiques et des disparitions épisodiques».  En effet, le désir  n’est pas «naturel» et ne tombe surtout pas du ciel.

Pour le retrouver, pour l’entretenir, il faut donc PRÉVOIR, y mettre des soins, avec la planification que cela implique, comme lorsque l’on veut cuisiner un bon petit plat.  L’érotisme, dans une vie de couple, requiert  «un engagement actif»,  un  projet mené avec détermination.  En ce sens, il importe de lui accorder un espace et du temps… ne serait-ce que pour imaginer la rencontre avec l’autre comme un mets à savourer!  En y accordant une attention particulière, il est possible, même fort souhaitable, de faire renaître le frisson en toute saison… Ah! mais que c’est bon le printemps!

 

Cet article a été publié dans le journal régional Çapresse des Laurentides, avril 2011

Nicole Desjardins, M.A.

Sexologue et psychothérapeute

Thérapeute spécialisée de la thérapie de couple et familiale

819-320-0234 Val-Morin dans les Laurentides

450-530-6630 Laval (Ste-Rose)

Pour lire mes articles sur la vie de couple et familiale: www.therapiedecoupleetfamiliale.com

 

 

 

 

 

 



Les commentaires sont fermés.